Videos maghreb

Loading...

dimanche 16 janvier 2011

Une Arme de Délivrance Massive pour rassembler le Peuple! INTERNET


Je crois que le seul appel qui sera suivi des Algériens sera celui brandira l’étendard de la révolte.
Le peuple algérien sait qu’une association de malfaiteurs, au sens plein et pénal de la définition, a fait main basse sur le pays.
Sous le régime d’un pouvoir personnel sous Boumediene, la corruption et la déprédation n’était pas systémiques, mais accessoires et relativement mineures, juste pour s’acheter la fidélité « révolutionnaire » de la Nomenclatura. En ces temps bénis de la Révolutionite, El Moudjahid et les autres médias « nationaux » étaient seuls pour chanter les louanges du Grand artisan du Sursaut Révolutionnaire. Le Peuple, n’avait que le téléphone arabe pour freiner un tant soit peu les logorrhées à la gloire de la Révolution .
Sous Chadli, à son insu d’une certaine manière, sous la houlette du génie du mal qu’a été le Général Belkheir, la corruption et le pillage s’installèrent progressivement

mardi 11 janvier 2011

mardi 4 janvier 2011

Algérie: La grande désobeissance civile.

Algérie: La grande désobeissance civile.

La résistance ouverte ou la clandestinité !



Ceux qui sont au Pouvoir, y compris les clans récents qui ont rejoint la dynamique mortifère, finiront, si rien n'est fait pour arrêter cette hécatombe, par nous précipiter inéluctablement dans le chaos. Ils ne connaissent plus de limites à leur folie prédatrice. Ils dévorent tout un pays, tout cru, et compromettent de façon irréversible, si l'on n'y met un terme, l'avenir des générations futures.

lundi 3 janvier 2011

Pour sauver l’Algérie : Une union sacrée entre les ”islamistes” et les ”démocrates”

Djamaledine Benchenouf   




Djamaledine Benchenouf   


Confrontée à la dure réalité du quotidien, la majorité des Algériens n’a pas plus d’autre aspiration que celle de conditions de vie décentes, dans un système, quel qu’il soit, où règne la justice et la quiétude.


L’Algérien lambda, celui du bon sens, qui n’a été imprégné ni des postulats occidentaux, ni de ceux de l’intégrisme pur et dur, croit, à juste raison que l’islamisme, en tant que fondement de valeurs, est soluble dans la démocratie, comme la démocratie, en tant que modèle universel de droits et de libertés, est compatible avec nos aspirations à la dignité et à la justice, mais aussi à notre conception des valeurs et des tabous. L’islamisme politique éclairé et porteur d’éthique n’est pas synonyme d’obscurantisme, sauf pour ceux qui n’y voient que le tchador et les sévices corporels, de même que la démocratie n’est pas « kofr », sauf pour ceux qui pensent que ce n’est là que le moyen diabolique de légaliser l’homosexualité et la dépravation.

Ces poncifs, utilisés par les uns et les autres, pour diaboliser l’une ou l’autre mouvance, sont plus que réducteurs. Ils font le jeu de ceux qui, pour garder le pouvoir qu’ils ont volé, n’ont pas intérêt à ce que l’un ou l’autre de ces deux projets de société les détrônent. Eux qui se disent de la mouvance « nationaliste », dirigeants d’une république démocratique et populaire, où l’islam est religion d’Etat, alors qu’ils ne sont que des acolytes d’une oligarchie, imposés par la force et la fraude, à la tête d’un régime qui n’a rien d’une république, si ce ne sont ses façades en trompe-l’œil, qui n’est ni démocratique, ni populaire, et dont l’islam n’est la religion d’Etat que pour leur permettre de tromper le peuple qu’ils oppriment, qu’ils volent et qu’ils tuent.

L’engouement de nombreux algériens, depuis les années 80, pour l’islamisme politique, et pour l’instauration d’une république islamique, est né de ce besoin de vivre dans un système politique moralisé, débarrassé des despotes amoraux qui se sustentent du bien commun, et qui tirent leur légitimité d’une médiocratie systémique, érigée en mode de gouvernement. Une médiocratie qui phagocyte, tout naturellement, le mérite, et qui ne peut pas avoir, tout naturellement, d’autre effet que de mener le pays à la ruine.

dimanche 2 janvier 2011



par Djameleddine BENCHENOUF

L’heure est grave. Encore une fois, notre destin se joue sous nos yeux, et nous n’avons pas d’autre rôle, dans notre propre mise à mort, que d’y assister, en spectateurs désabusés.
Posons le problème en termes clairs :
Notre pays est l’otage d’une association de malfaiteurs.
Ces gens n’ont reculé devant rien, et ne reculeront devant rien, pour garder le pouvoir. Progressivement, leur vraie nature s’est révélée dans toute son ampleur, et nous assistons aujourd’hui à une coupe réglée du pays, sans aucune vergogne.
Ils se servent directement au Trésor public, en y puissant à pleines mains, ils dévorent le pays à pleines dents, et ne craignent plus de s’exhiber dans des réceptions chics, dans leurs somptueuses résidences aux USA, et ailleurs, où ils ont leurs aises, et où ils se comportent en parfaits citoyens de leur pays d’adoption, puisqu’ils l’enrichissent au moment où ils nous appauvrissent.